Rechercher
  • Julie Grandmougin

Vous, DRH. Merci.

Dernière mise à jour : oct. 13


Depuis 10 ans, j'accompagne différentes organisations à l’actualisation, sans cesse chahutée, du rôle et des missions des Directeurs de Ressources Humaines de grandes entreprises et d’organisations plus avant-gardistes qui ont fait le pari de mettre l’humain au centre de leur expansion - avec sens et croissance.


En considérant comme une opportunité les mutations sans précédent que nous sommes en train de vivre, il m’apparait une réalité nouvelle, plus vaste, plus vertueuse.

Celle ci-nécessite évidemment une conversion du regard pour un avenir lié à l’abondance et non à la peur du manque (de chiffres d’affaires, de clients, de personnes compétentes et fidèles aux valeurs de l’entreprise…)


Le pari est d’accompagner les DRH dans leur place d’aujourd’hui avec une vision de leur contribution plus juste, plus sensée, plus engagée dans les émergences à subir mais surtout celles à créer.


Voici donc ma lettre pour vous, DRH visionnaires, en voie d’expansion (DSH)


Il m'est venu une idée saugrenue, celle de mettre en lumière la place réelle que vous avez dans les structures organisationnelles de nos sociétés.


Vous êtes le cœur du cœur. Vous impulsez dans une rythmique - maintenant infernale - l’élan vital de l’entreprise : l’Humain. Merci profondément pour cela.


Vous avez la responsabilité de faire affluer dans cet organisme, du sang neuf, du sang froid, du pur-sang - gage de compétences high level. Ainsi chaque organe a son lot de bons éléments, de bons globules (cellules) favorisant son propre fonctionnement que l’on espère optimal et donc bon contributeur à la mise en musique de l’ensemble du corpus structurel et organisationnel.


Mais ce que je souhaite dévoiler de votre participation, n’est pas dans le visible, il se révèle dans un périmètre plus subtil, que certains d’entre vous ressentent, voir même utilisent pour faire évoluer les consciences en interne.

Car, à quoi servirait d’être le cœur du cœur si l’on reste post-stoppé sur une lecture basique et purement biologique de votre rôle. Pire, où serait votre excellence si l’on vous réduit au poste de gestionnaire de ressources notamment des ressources humaines à faire rentrer dans des cases préfabriquées à tout prix.


Non, à vous côtoyer, je vous reconnais aussi dans cette orchestration de l’invisible. Dans votre responsabilité d’humain à trouver comment faire jaillir la plus belle expression du potentiel des collaborateurs avec qui vous co-oeuvrez.


Non, à vous admirer, je vois votre élégance à faire émerger des sillons dans la vie des gens qui partagent la vôtre 5 jours par semaine.


Vous êtes là pour inspirer la naissance de cet élan vital, vous êtes les visionnaires de la forme que prendra l’entreprise grâce aux émergences humaines que vous aurez su propulser.


J’ai donc envie de vous proposer une mise au point, sans ambivalence, de votre place et vos responsabilités à travers ces questions :

Quel type de dirigeant je souhaite être ? Suis-je un dirigeant gestionnaire ou visionnaire ? Suis-je un dirigeant d’inspiration ou de restriction ?


Peut-être qu’il est temps de reconnaître votre place, de la faire rayonner, non pas comme dirigeant de ressources humaines, mais comme dirigeant de sources humaines car en y réfléchissant bien, les femmes et hommes des organisations sont bien plus que des ressources.


Ressources :

Ce qui tire d'embarras, améliore une situation difficile (Larousse)

Possibilités d'action de quelqu'un, moyens intellectuels dont il dispose (Larousse)

Avoir de la ressource, avoir des réserves d'énergie, d'endurance permettant de faire face. (Larousse)


Tant que l’être humain est "évalué" comme une ressource, c’est à dire comme une réserve d’énergie que l’on exploite jusqu’à en avoir extirpé tout le jus qu’il peut produire - une réserve à durée limitée que l’on jette ou recycle (à coup/coût de formation) une fois épuisée, tant que l’être humain est juste « une réponse d'amélioration » à un problème lié à la survie productiviste de l’entreprise, celle-ci produit un système de croissance étriqué qui participe à une dynamique réductrice dans sa pérennité (temps) et dans son développement (espace).


Finalement, la forme de l’entreprise n'est que le reflet de cette vision appauvrie de l’être humain, complètement interchangeable avec toutes nos technologies avancées, en lutte avec la compétitivité environnante qui pousse à rester dans un phénomène de survie, plutôt que d’abondance.


Pour passer de cette survie à l’abondance, il faut remettre l’être humain à sa juste place, vivant, vibrant et possédant un potentiel de croissance créative, aujourd'hui largement sous-estimé. Les êtres humains ne sont pas des ressources mais des sources, qui contribuent à la forme en devenir de l'entreprise.


Sources :

1. Principe, cause, origine de quelque chose : Aller à la source (Larousse)


Puisque vous êtes le cœur du cœur, puisque vous êtes la source de la source.


Je vous invite à prendre votre véritable place de leader éclairé pour incarner avec sens et envergure votre mission afin d’insuffler une vision vectrice d'expansion humaine et économique, du DRH v/s DSH aujourd’hui.



"Le niveau de conscience d'une organisation ne peut pas dépasser le niveau de conscience de son leader" Fréderic Laloux, Reinventing Organizations



Mercredi 13 octobre de 18h à 20h, inscription : bienvenue@lamarquedelexcellence.com

https://www.lamarquedelexcellence.com/co-creer






Bouteille à la mer inspirée par 2 voyageuses quantiques : Ella & Danièle.

69 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout